• search hit 1 of 1
Back to Result List

Organes des sens et communication chez le microcèbe

  • Les microcèbes de l'espèce Microcebus murinus doivent leur succès évolutif à leurs capacités à s'adapter aux conditions climatiques et écologiques difficiles auxquelles ils ont à faire face. Ces adaptations concernent tous les systèmes de communication. La vision semble particulièrement performante dans le biotope de branches fines de cette espèce strictement nocturne. L'appréhension du monde extérieur par le sens du tact passe moins par les membres que par le museau, organe multisensoriel riche en terminaisons tactiles. Cependant, les échanges sociaux par signaux visuels et tactiles sont beaucoup plus l'ares que chez les simiens ou même que chez les prosimiens diurnes. Les seuils de détection gustative démontrent une sensibilité relativement faible pour les sucres et, pour les composés amers comme la quinine ou astringents comme les tanins, une variation saisonnière liée aux ressources du milieu. Les autres détecteurs de signaux chimiques - olfaction et sens voméronasal - sont particulièrement développés. Il s j agit de deux systèmes différents dont l'indépendance fonctionnelle a été démontrée. Chez le microcèbe, l'urine, dispersée grâce à des comportements de marquage extrêmement efficaces, joue un rôle social fondamental, notamment par toute une série d'effets de type phéromonal. Les émissions sonores se caractérisent par des fréquences élevées, en partie ultrasoniques. Le répertoire vocal comprend au moins huit types de vocalisations dont certaines, ayant, dans une population locale donnée, une partie de leur structure acoustique en commun, sont interprétées comme des dialectes. Au niveau interindividuel, certains cris de contact pourraient fournir, comme c'est le cas pour les traces urinaires, des repères suffisant à identifier l'émetteur et comatitere son état psychophysiologique. Cette revue montre que le microcèbe est un généraliste, chez qui tous les organes des sens sont bien developpés sans dominance ni spécialisation excessive de l'un d'entre eux. Elle montre, aussi que ce primate possède un développement cerebral suffisant pour répondre de manière originale aux contraintes de son environnement physique et social.

Download full text files

  • E000008772.pdf
    fra

Export metadata

Additional Services

Share in Twitter Search Google Scholar
Metadaten
Author:Alain Schilling
URN:urn:nbn:de:hebis:30-84857
ISSN:1279-8304
Parent Title (fre):Primatologie
Document Type:Article
Language:fre
Date of Publication (online):2010/11/10
Year of first Publication:2000
Publishing Institution:Universitätsbibliothek Johann Christian Senckenberg
Release Date:2010/11/10
Tag:Microcebus murinus; environment; gray mouse lemur; sensory neurophysiology; sensory organs; social communications
Volume:3
Page Number:59
First Page:85
Last Page:143
HeBIS-PPN:362197881
Institutes:keine Angabe Fachbereich / Extern
Dewey Decimal Classification:5 Naturwissenschaften und Mathematik / 59 Tiere (Zoologie) / 590 Tiere (Zoologie)
Sammlungen:Sammlung Biologie / Weitere biologische Literatur (eingeschränkter Zugriff)
Licence (German):License LogoArchivex. zur Lesesaalplatznutzung § 52b UrhG